Optimisation fiscale : les règles de déduction des intérêts d’emprunts auprès d’entreprises liées

Lorsqu’une entreprise contracte un prêt auprès d’une entité avec laquelle elle est liée, la question de la déductibilité des intérêts payés s’avère cruciale pour l’optimisation fiscale. Les règles dictées par le Code général des impôts (CGI), notamment son article 212, I, offrent un cadre strict mais précis à cet égard.

Comprendre les conditions de déductibilité

La déductibilité des intérêts est une problématique centrale pour les entreprises qui souhaitent financer leur croissance sans subir une charge fiscale excessive. En effet, les intérêts payés sur les emprunts sont en principe déductibles du résultat fiscal, réduisant ainsi l’impôt sur les sociétés à payer. Toutefois, lorsque l’emprunt est contracté auprès d’une société liée, le fisc exige que le taux d’intérêt soit justifié comme étant conforme aux conditions du marché.

La jurisprudence et la méthode de comparaison

Selon la jurisprudence récente, notamment celle émise par Lucienne ERSTEIN, Conseiller d’État honoraire, il est possible de justifier la déductibilité des intérêts servis par rapport à un prêt consenti par une société liée en exploitant des courbes de taux fondées sur une base de données financières relatives au marché obligataire. Cette approche permettrait d’établir que le taux pratiqué ne diffère pas significativement de ce qui serait accordé dans un contexte de pleine concurrence.

L’enjeu de la preuve et l’utilisation des données financières

Pour les entreprises, l’enjeu majeur réside dans la capacité à fournir une preuve solide que le taux d’intérêt appliqué est conforme aux normes du marché. L’utilisation de bases de données financières pertinentes et reconnues devient alors un outil précieux pour étayer leur argumentation face à l’administration fiscale.

A lire également  Le sort des prestations sous condition suspensive en droit des contrats