«

»

déc 14

Les conséquences juridiques du retweet

946 Flares Facebook 0 Twitter 883 Google+ 61 Pin It Share 2 Email -- Filament.io 946 Flares ×

*Pouf-pouf* (ou *clic-clic*). En deux tapotements du pouce sur smartphone (deux clics de souris sur un ordinateur) et en approximativement 0,43 seconde, vous êtes capable de « retweeter » un message. Pour ceux qui sont restés bloqués dans les années 2000 ont voulu préserver leur santé mentale ne sont pas familiarisés avec Twitter, rappelons quelques principes de base. Soit un utilisateur de Twitter que nous appellerons, pour les besoins de la démonstration, Antoine Matter. Antoine est « abonné » à un certain nombre de personnalités présentes sur Twitter, c’est-à-dire qu’il a choisi de recevoir leurs messages : ainsi est-il informé en temps réel du prochain album ou des embarras gastriques de Justin Bieber, par exemple. Mais Antoine a lui aussi ses propres abonnés. Il peut s’adresser à eux directement en tapant un message. Il lui est également possible, et c’est ce qui nous intéresse ici, de relayer un message particulièrement touchant, intéressant, surprenant qu’il aurait reçu de Justin. Ainsi, étant moi-même un abonné d’Antoine mais non de Justin, je verrai pourtant le message concerné s’afficher sur mon écran, accompagné de la mention « retweeté par Antoine Matter ». Comprenez par là « repéré et porté à votre attention par Antoine Matter ».

C’est le retweet (RT) qui fait la puissance et le succès de Twitter, en ce qu’il permet de répandre un message à travers le réseau en quelques secondes : une « force de frappe » médiatique sans précédent. On apprend ainsi que le tweet de Barack Obama « four more years », accompagné d’une photo sur laquelle on le voit enlacer Michelle Obama, a été retweeté plus de 780 000 fois à travers le monde, avec plus de 27 000 retweets par minute au plus fort de la vague.

Le retweet est devenu un geste banal, que beaucoup font presque sans y penser, dès qu’un message les fait sourire ou les interpelle. Et pourtant, est-il si banal sur le plan juridique ? Le problème est plus précisément le suivant : un tweet, comme tout support d’expression, peut avoir un contenu illicite. Il a déjà été jugé qu’un tweet pouvait être constitutif de dénigrement (il salit la réputation d’une entreprise, par exemple en s’attaquant injustement à la qualité de ses prestations ou produits), ce qui engage la responsabilité civile de l’auteur du message (il pourra être amené à verser des dommages et intérêts en réparation du préjudice causé)1. Il peut également constituer une infraction pénale (injure, diffamation, divulgation de sondages la veille ou le jour d’une élection présidentielle…). Mais qu’en est-il d’une reprise, d’un retweet du message illicite ? Expose-t-il aux mêmes sanctions que le tweet initial ? Cet article sera l’occasion de formuler davantage de questions que de véritables réponses, mais c’est une étape nécessaire à tout nouveau sujet de recherche.

Prenez garde au côté obscur de Twitter… (logo officiel © Twitter, logo Batman par Josh Helfferich)

Les pénalistes d’élite qui me liront peut-être me pardonneront d’avoir tenté une nouvelle incursion sur leurs terres, mais il n’y a qu’en n’écrivant pas qu’on ne prend pas le risque de se tromper.

Problématique générale : est-ce que retweeter c’est répéter ?

Internet pose depuis longtemps une difficulté tenant aux différents niveaux de discours, aux renvois, aux références. Par le biais des liens hypertextes, il est possible de placer n’importe quel autre document B à un clic de souris du document A. Peut-être avez-vous cliqué sur les liens d’ores et déjà placés dans cet article, et avez-vous découvert l’article du journal Le Soir reprenant l’information relative à Barack Obama. Peut-on considérer que cet article de presse est incorporé à la présente note de blog ? Ou n’est-ce pas simplement une version un peu modernisée d’une note de bas de page, comme on en trouve depuis des siècles dans la littérature, notamment scientifique ? Oui, mais le lien hypertexte apporte une facilité d’accès que ne procure pas la note de bas de page « papier ». Il suffit de cliquer ! Les fenêtres se juxtaposent, voire se remplacent l’une l’autre avec une facilité déconcertante. Ce qui n’est pas sans soulever des questions sur le plan juridique.

On consultera avec profit un arrêt rendu par la Cour suprême du Canada en date du 19 octobre 2011, Crookes vs. Newton2. Une personne était poursuivie pour des faits de diffamation. Elle avait en réalité fait figurer sur son site internet deux liens hypertextes qui ne faisaient que mener vers le contenu diffamatoire proprement dit, se trouvant sur un site web distinct. Question : inclure ces deux hyperliens revient-il à publier le contenu diffamatoire sur son propre site, ou est-ce un simple renvoi ? La Cour tente d’opérer des distinctions subtiles – on remarque d’ailleurs que l’un des juges a exprimé une opinion minoritaire. La décision reprend l’analogie entre les liens hypertextes et les bonnes vieilles notes de bas de page, et décide qu’il n’y a pas eu diffamation en l’espèce : renvoyer au contenu n’équivaut pas à le publier. Mais encore faudrait-il distinguer, à l’avenir : si le lien est présenté de manière à encourager fortement le lecteur à aller lire le contenu visé, voire s’il s’agit d’un lien « actif » (qui aboutit à incruster directement sur l’écran tout ou partie du contenu lié), la solution pourrait être différente, et le lien pourrait équivaloir à une publication.

Revenons à Twitter. Un « retweet » est plus qu’un simple lien : il affiche directement sous les yeux de vos abonnés le contenu que vous avez décidé de relayer. A suivre les critères dégagés ci-dessus, il semble bien que le retweet soit équivalent à une publication. Mais n’est-il pas possible de faire comprendre à vos lecteurs que vous prenez vos distances avec le contenu retweeté ? Le Citizen Media Law Project (CMLP), un projet de recherche rattaché à l’Université de Harvard, aborde la question dans un article fort intéressant. Il est relevé que de nombreux professionnels des médias américains font figurer dans leur « biographie » twitter (leur « bio ») un avertissement : « Mes RTs n’équivalent pas à des approbations [du contenu retweeté]« . J’ai d’ailleurs déjà rencontré ce même avertissement sur plusieurs comptes français.

Parfois, la prise de distance a lieu non d’une manière générale, mais au moyen d’une mention précédant le RT. Twitter permet en effet de RT un message « tel quel » (un RT « pur », en quelque sorte), ou bien de l’accompagner d’un commentaire personnel, plus ou moins explicite. L’article du CMLP prend l’exemple intéressant du « no comment« , superbe antiphrase qui traduit toujours un commentaire, mais que le lecteur est censé trouver tellement évident qu’il doit se deviner. Il peut s’agir d’approbation ou de réprobation totales, selon le contexte. L’article donne un exemple concret de tweet politique, repris par un utilisateur avec un « no comment »… que l’on ne peut comprendre correctement qu’en découvrant ses tendances politiques personnelles, révélées dans ses autres tweets, ou parfois dans sa « biographie ». Ne comprendriez-vous pas différemment les tweets suivants (exemple fictifs) ?

  • « @ChristineBoutin sans commentaire RT @Taubira Encore un peu de patience et le mariage pour tous deviendra une réalité »
  • « @AssoGay sans commentaire RT @Taubira Encore un peu de patience et le mariage pour tous deviendra une réalité »

Ainsi, une prise de distance aussi sibylline qu’un « no comment » n’a aucun intérêt, en tout cas sur le plan juridique.

Ensuite, la clause générale « mes RTs ne sont pas des approbations » n’a probablement pas grande valeur, que ce soit en droit américain (V. l’article cité) ou en droit français. D’abord, parce que rien n’oblige à l’avoir lue avant de lire vos RTs : on ne peut donc prétendre qu’elle « fait corps » avec chacun de vos retweets. Ainsi, il est possible de tomber sur un retweet référencé dans Google (comme n’importe quel contenu public sur internet) et de le lire isolément de toute autre information, sans connaître la « bio » qui l’accompagne. Ensuite, il serait trop facile, par exemple, de prétendre se dédouaner par ce type de messages, avant de relayer joyeusement des dizaines de tweets incitant à la haine raciale. En matière pénale, particulièrement, le juge forgera sa conviction au regard du message incriminé et de ses circonstances, en ayant probablement très peu d’égard – voire aucun – pour votre « avertissement général ».

Essayons à présent de raisonner à partir de quelques exemples.

Cas pratique 1 : est-ce que retweeter, c’est diffamer ?

L’article 29 de la loi de 1881 sur la liberté de la presse définit l’infraction pénale de diffamation. En dépit de son intitulé, cette loi a vocation à s’appliquer à tous, y compris aux simples particuliers non journalistes. Ce même texte prévoit le délit d’injure, dont il sera question plus loin. Les « vieux » lecteurs du blog connaissent cette loi, puisque nous nous étions demandé si, au cours de l’émission « Des paroles et des actes », Mme Eva Joly avait diffamé M. Nicolas Sarkozy, puis si M. Franz-Olivier Giesbert avait injurié les « petits candidats » à l’élection présidentielle.

L’article 29 dispose : « Toute allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation [...]« .

M. Cahuzac, le 4 décembre dernier, s’est clairement référé à ce texte en écrivant sur son compte Twitter l’avertissement suivant :

(Mise à jour février 2014 :  lorsque l’on sait comment les choses ont tourné par la suite, ce message a une saveur très particulière…)

« Y compris ici », c’est-à-dire sur Twitter. Cette infraction, si elle était commise envers M. Cahuzac tomberait même dans le champ d’application de l’article 31 de la loi, qui réprime spécifiquement la diffamation « à raison de leurs fonctions ou de leur qualité, envers un ou plusieurs membres du ministère »3 d’une peine plus élevée.

De quoi s’agit-il ? Mediapart a imputé au ministre du Budget des faits dont vous connaissez la nature si vous n’étiez pas dans le coma durant la semaine écoulée. Si par extraordinaire vous ignorez lesquels, faites une recherche Google… cette pirouette permet probablement d’écarter tout débat sur une éventuelle reproduction des faits infamants dans cet article, ce qui donne d’ailleurs à réfléchir.

Mais revenons en au RT. Mediapart a effectivement imputé au ministre un fait attentant à son honneur, ce qui constitue le délit de diffamation. Ces informations ont été reprises dans un tweet. Que se passe-t-il si vous le retweetez ? « C’est pas moi qui l’ai dit, c’est eux ! » Vous défendrez-vous. Mais l’art. 29 de la loi de 1881 précise bien : « [...] La publication directe ou par voie de reproduction de cette allégation ou de cette imputation est punissable [...]«  (mis en gras par moi) 4.

D’accord, me direz-vous, alors je vais être prudent et faire comme ça : « @PetitMalin Je me demande si c’est vrai ? RT @Mediapart Selon nos informations, M. Cahuzac aurait [imputation attentatoire à l'honneur]« . Oui, mais le texte de la loi poursuit encore : « [...] La publication directe ou par voie de reproduction de cette allégation ou de cette imputation est punissable, même si elle est faite sous forme dubitative [...]«  (mis en gras par moi).

Vous voici bien attrapé ! Mais n’est-ce pas un peu sévère ? L’explication est qu’il s’agit à l’origine de droit de la presse. Or, il serait un peu facile pour des médias professionnels de colporter toutes sortes de ragots nauséabonds en faisant simplement figurer un « c’est pas sûr que ce soit vrai, mais devinez ce qu’on raconte sur M. X, vous n’allez pas en revenir : [imputation attentatoire à l'honneur]« .

D’ailleurs, cette préoccupation reste d’actualité s’agissant des « journalistes amateurs » que sont les adeptes de Twitter. La rumeur nauséabonde peut même s’y répandre plus vite et plus efficacement que jamais, et il peut être bon que le parquet dispose d’un arsenal lui permettant d’agir face à elle. Pour autant, poursuivra-t-on massivement et systématiquement des armées d’anonymes ? Probablement pas. Mais les adversaires politiques participant à la diffusion de rumeurs, par exemple, devraient bien se méfier et ne pas avoir le RT trop facile : pour eux, on prendra peut-être la peine d’une poursuite ou d’une constitution de partie civile, car ils ont un intérêt direct et personnel à propager l’atteinte à l’honneur, ce qui mérite sans doute une réaction plus vive.

Mais vous protestez depuis tout à l’heure devant votre écran (je vous entendais, mais je réponds quand je veux) : « j’ai RT Mediapart, mais ce n’est pas un simple ragot puant, c’est une information sortie par un journal sérieux ». Oui, et cela mérite probablement d’être traité différemment de pures boulettes puantes non sourcées voire dont l’inexactitude a été démontrée. Si vous avez imputé à une personne un fait attentant à son honneur, il vous reste la possibilité de vous défendre de deux manières. D’abord, « l’exception de vérité » (exception signifiant ici « moyen de défense ») : vous démontrez que les faits reprochés se sont effectivement déroulés. Ce n’est pas toujours facile aux simples twittos que nous sommes dans une affaire comme celle-ci. Et puis il y a « le fait justificatif de bonne foi », un peu différent : « le fait justificatif de bonne foi, distinct de l’exception de vérité des faits diffamatoires, se caractérise par la légitimité du but poursuivi, l’absence d’animosité personnelle, la prudence et la mesure dans l’expression ainsi que par le sérieux de l’enquête »5. Mediapart lui-même va faire usage de ce fait justificatif en justice, ainsi qu’il l’a annoncé, en présentant ses éléments d’enquête. Si on considère que la bonne foi doit être appréciée avec plus de clémence face à des non-professionnels de l’information, on pourrait considérer que les twittos ont vu Mediapart avancer des arguments qui semblaient solides, et que cela devrait suffire à prouver leur bonne foi. La forme dubitative, qui n’empêche pas de se situer dans un premier temps dans le champ d’application de la diffamation, pourrait d’ailleurs jouer dans un deuxième temps en faveur de la bonne foi, en ce qu’elle traduit « l’absence d’animosité personnelle, la prudence et la mesure » attendus. Je ne pousse pas davantage les raisonnements spéculatifs, sinon on va vraiment finir par s’apercevoir que je suis un non-spécialiste absolu de ces questions. J’ajoute pour aggraver mon cas que le fait d’empêcher purement et simplement les citoyens de communiquer entre eux sur une affaire qui pourrait remettre en cause l’intégrité d’un personnage public, lorsque des éléments suffisamment solides ont été avancés (mais à quel moment sont-ils suffisamment solides… ?), aboutirait à restreindre la liberté d’expression dans une mesure peut-être difficilement compatible avec la Convention européenne des Droits de l’Homme (sur ces questions, allez embêter Antoine Matter, Serge Slama et Nicolas Hervieu, ou Roseline Letteron).

Laissons là la diffamation, et passons à l’injure.

Cas pratique 2 : est-ce que retweeter, c’est insulter ?

 La différence entre diffamation et injure figure à l’alinéa 2 de l’article 29 de la loi de 1881 : « Toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l’imputation d’aucun fait est une injure ». La différence est nette la plupart du temps. « C’est un escroc« , sans plus de précision, est une injure, tandis que « il y a trois ans, il a escroqué la vieille dame de la rue des lilas » est une diffamation. « Espèce de nazi » est généralement une insulte – dont le succès d’ailleurs ne se dément pas -, sauf si vous reprochez à un vieillard réfugié en Amérique du Sud d’avoir participé à l’extermination des juifs dans tel camp polonais, auquel cas c’est une diffamation (et vous pourrez vous défendre par l’exception de vérité ou le fait justificatif de bonne foi).

On lit des dizaines de tweets insultants sur Twitter, tout comme on entend des dizaines d’insultes proférées dans les rues. L’infraction est constituée, ce qui ne veut pas dire qu’elle est poursuivie et punie. Mais revenons-en à notre sujet. Retweeter une insulte sans autre précision peut être interprété comme une reprise à votre compte de l’expression outrageante, et vous exposer à commettre la même infraction. Le problème de la reproduction assortie de doutes ne se pose pas comme pour la diffamation. On imagine mal : « @PetitMalin Je me demande si c’est vrai ? RT @Agressif François Hollande espèce de Flambie ». Si vous retweetez une insulte, ce n’est pas pour émettre des doutes : soit vous êtes d’accord, et vous contribuez à l’agression, soit vous voulez marquer votre indignation, et on ne pourra pas vous reprocher, il me semble, d’avoir commis une infraction pénale.

Prenons l’exemple d’un tweet qui a beaucoup fait parler récemment, et qui compare Mme Cécile Duflot à divers animaux de basse-cour. Je prends moi-même immédiatement mes distances avec cette prose médiocre, sexiste, vulgaire et méprisable. Un tel message est à l’évidence constitutif d’une injure, et tous ceux qui l’auraient RT sans plus de précision se seraient rendus coupables de la même infraction. En revanche, il me semble évident que n’encourent pas les foudres du droit pénal ceux qui RT le même message en le faisant précéder ou suivre de « ces propos sont honteux« , ou « ces attaques lamentables me donnent la nausée« . Précisons : même s’il est possible, notamment via Google, de tomber sur un tweet ou un retweet isolé, la limite inhérente à cette plate-forme (140 caractères) devrait impliquer qu’on vérifie dans les messages immédiatement précédents ou suivants si une prise de distance n’a pas été affichée. Parfois, il n’y a effet pas la place de l’inclure dans le message lui-même ! Mais en tout cas, si vous retweetez de telles horreurs, évitez de partir du principe que « tout le monde comprendra naturellement » que c’est parce que vous condamnez. Ceux qui vous suivaient depuis dix minutes, ou qui ne vous suivent pas, ne vous connaissent pas, pourraient comprendre de travers.

En conclusion, droit et bon sens se conjuguent pour vous inviter à la réflexion et à la prudence. Comme l’écrit si bien Hervé Valoche, un tweet est si vite arrivé. A plus forte raison pour les fulgurants RT, il convient de tourner sept fois son smartphone dans sa paume avant de tweeter !

@emnetter

P.S : ajouter à cet article l’entretien avec le journaliste de RFI Thomas Bourdeau, dont voici les extraits audio. Notez bien que cette conversation date de décembre 2012.

 

946 Flares Facebook 0 Twitter 883 Google+ 61 Pin It Share 2 Email -- Filament.io 946 Flares ×
  1. V. par ex. T. com. Paris, 26 juill. 2011 : Communication commerce électronique, n° 10, oct. 2011, comm. 88, obs. A. DEBET []
  2. Sur cet arrêt, V. J. JEHL, « Internet et réseaux sociaux au Québec : les nouvelles voies de la diffamation », JCP G, 2012, n° 39, 1020 []
  3. Cette formule vieillie inclut bien les ministres eux-mêmes []
  4. Exemple: La diffamation peut être constituée du seul fait de la lecture d’un texte diffamatoire, même si celui qui cite ce texte le reprend sans l’assortir de coupures, ni de commentaires : CA Paris, 9 mars 1988: D., 1988. IR, 99 []
  5. Cass. 1ère civ., 17 mars 2011, n° 10-11.784, publié []

7 comments

85 pings

Passer au formulaire de commentaire

  1. @Sandreler

    D’abord merci pour cet article fort utile qui pose les termes des problèmes de manière accessible aux non-juristes (j’en atteste) et à ceux restés bloqués dans les années 2000 (le partage sur ma page facebook devrait me permettre de le vérifier).

    Dans le prolongement, je m’interroge sur les précautions ou réserves appropriées lors de la réalisation d’un live-tweet. Par exemple, il m’arrive de live-twitter des conférences ou tables rondes. Je ne pousserai pas le souci de précision jusqu’à twitter des injures si le débat devait dégéner. En revanche la diffamation par l’un des intervenants est plus délicate. J’ai tendance à assimiler l’exercice à un médium en direct, borné par un tweet de début et de fin et une signalisation par hashtag, mais je ne suis pas sûre qu’un juge raisonnerait de même. Bon après, le bon sens dicte de ne pas twitter des assertions qui me paraissent fumeuses, non sourcées ou non argumentées.
    Les réseaux sociaux semblent promettre une jurisprudence à venir conséquente… Pas exactement le truc le plus accessible pour l’utilisateur moyen. Heureusement, il y a des blogs juridiques.

    Sandrine

    1. Valoche

      Je suis assez d’accord avec Emmanuel sur le comportement qu’adopterait un juge face à un RT non assorti d’un commentaire de désapprobation, c’est ce que j’avais moi même envisagé lorsque j’y avais (rapidement) réfléchi : le faisceau d’indices semble relever du bon sens, il conviendrait de vérifier différents éléments tels que les tweets précédents/suivants, l’existence d’un échange avec d’autres twittos attestant du fait que le retweeteur n’adhère pas au propos, la présence de guillemets ou du nom de l’auteur original, etc.
      Sur ce point vous avez tout à fait raison Sandrine, il n’est pas nécessaire d’être juriste pour comprendre que le Droit n’est pas (encore) prêt à appréhender ce type de format et ses codes si spécifiques.

      Méfiance en tout cas… il m’arriver de retweeter des propos diplomatiques qui me semblent aberrants afin de les diffuser au plus grand nombre mais je ne prendrais pas (plus?) le risque de le faire si les caractéristiques de la diffamation sont réunies.

  2. Dubard

    Et qu’en est il de la propriété littéraire et artistique?
    En effet, certains tweets peuvent être considérés comme des œuvres de l’esprit et donc être protégé par le droit d’auteur. Le retweet est alors une atteinte aux droits patrimoniaux de l’auteur… Quand bien même les CGU comprendrait une mention de cession globales des droits celle ci serait illégale car trop imprécise, trop globale, portant sur des œuvres futures…
    Des idées?

  3. Emmanuel Netter

    Sandrine, Dubard, cher Valoche,

    Vous soulevez tous les trois des questions absolument fondamentales. En ce qui me concerne, il va me falloir un peu de temps pour prendre du recul sur tous ces thèmes, et essayer d’avancer des réponses plus précises. Si ces efforts se révèlent un tant soit peu fructueux, je vous tiendrai bien sûr au courant. D’ici là, j’espère que les autres visiteurs de cette page n’hésiteront pas à participer au débat, et peut-être à proposer leurs propres éclairages.

  4. Emmanuel Netter

    Slate.fr reprend de manière condensée les questions posées ici, en renvoyant à l’article.

  5. Frédéric

    perso j’ai vu un contrat de prestation cassé en pleine mission pour 2 RT jugés « hostiles » alors que non insultants ni diffamatoires que j’avais fait des mois avant d’être dans l’entreprise concernée… on m’a traité comme un terroriste et prié de rendre mon badge et de quitter l’entreprise en moins d’une demie-heure…

  6. HARDY

    Twitter est semble t-il international comme réseau, nous appliquons quel droit si on tweet d’un avion, d’un bateau ou de l’espace ou d’une automitrailleuse ? Comment sait – on qui tweete d’un poste etc. Bienvenu sur Internet. Mais le quel ? Comment être dans l’obligation de se justifier, en tant que citoyen responsable semble être la question. Autre banalité, si je tweete par mail crypté, disons en suisse, il se passe quoi ? C’est toute la liberté de la presse qui est en train de changer avec les NTIC. La presse qui garantie, chez nous, la démocratie.
    en tant que twitters je ne suis pas journaliste amateur mais amateur d’exactitude je veux savoir ce qui se passe, ça me regarde toute « France d’en bas » que je suis .Ma position sur ce cas précis est claire, c’est gênant il faut évacuer le problème.
    Vincent HARDY,
    26, rue Poulbot 87590 Saint Just le Martel

  1. Les conséquences juridiques du retweet » Un peu de droit | Un peu de droit | DGEMC | Scoop.it

    [...] [Mon reader] Les conséquences juridiques du retweet http://t.co/4a7sgvq0 *Pouf-pouf* (ou *clic-clic*). En deux tapotements du pouce sur …  [...]

  2. Les conséquences juridiques du retweet » Un peu de droit | Un peu de droit | Communication et réseaux | Scoop.it

    [...] En deux tapotements du pouce sur smartphone (deux clics de souris sur un ordinateur) et en approximativement 0,43 seconde, vous êtes capable de « retweeter » un message.  [...]

  3. Guides d'utilisation Twitter | Pearltrees

    [...] d'utilisation Twitter Get flash to fully experience Pearltrees Les conséquences juridiques du retweet » Un peu de droit *Pouf-pouf* (ou *clic-clic*). En deux tapotements du pouce sur smartphone (deux clics de souris sur [...]

  4. Les conséquences juridiques du retweet » Un peu de droit | Un peu de droit | Tout savoir sur Twitter | Scoop.it

    [...] Le retweet est devenu un geste banal, que beaucoup font presque sans y penser, dès qu’un message les fait sourire ou les interpelle. Et pourtant, est-il si banal sur le plan juridique ?  [...]

  5. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | numérique et éducation | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  6. Les conséquences juridiques du retweet » Un peu de droit | Un peu de droit | DROIT 2013 | Scoop.it

    [...] Le retweet est devenu un geste banal, que beaucoup font presque sans y penser, dès qu’un message les fait sourire ou les interpelle. Et pourtant, est-il si banal sur le plan juridique ?  [...]

  7. Veille numérique 2 | Pearltrees

    [...] Les conséquences juridiques du retweet [...]

  8. cyberespace | Pearltrees

    [...] Les conséquences juridiques du retweet » Un peu de droit [...]

  9. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | La vie numérique - François MAGNAN - Formateur Consultant - | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  10. L’affaire Aurélien Amacker, règlement de comptes à Farang-Corral ? | Encre de Lune

    [...] surtout, et c’est là où le bât blesse, le fait justificatif de bonne foi, distinct de l’exception de vérité des faits diffamatoires, se…. Les termes employés ne relèvent pas, à mon avis, de la « mesure ». Le [...]

  11. Documentation Twitter | Pearltrees

    [...] Les conséquences juridiques du retweet [...]

  12. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | Communicare | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  13. Savez-vous qu'un Retweet peut avoir des conséquences juridiques ? | Référencement internet | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  14. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | Reseaux Sociaux - Social Networks actu | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  15. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | culture Web 2.0 | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  16. Twitter : Savez-vous qu'un Retweet peut avoir des conséquences juridiques ? | Entrepreneurs du Web | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  17. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | Community Management et droit Français | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  18. Twitter : Savez-vous qu'un Retweet peut avoir des conséquences juridiques ? | Actualité des réseaux sociaux Facebook Twitter | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  19. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | BeginWith | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  20. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | Le web 2.0 dans tous ses états ! | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  21. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | Usages professionnels des médias sociaux (blogs, réseaux...) | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  22. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | Technologie en éducation | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  23. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | internet | 2.0 | nouvelles technologies | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  24. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | Webmarketing Reseaux Sociaux Community Manager SEO et E-Réputation | Suivez nous en live sur Twitter @agenceindigo | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  25. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | Les Médias Sociaux sont ma communication | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  26. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | Gouvernance web - Quelles stratégies web ? | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  27. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | Community Management & Social Media Marketing by Agence Social and com' | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  28. Twitter : Savez-vous qu'un Retweet peut avoir des conséquences juridiques ? | Veille_Prospection | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  29. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | Corporatement Vôtre | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  30. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | Stratégie digitale et e-réputation | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?Le retweet est devenu un geste banal, que beaucoup font presque sans y penser, dès qu’un message les fait sourire ou les interpelle. Et pourtant, est-il si banal sur le plan juridique ? Le problème est plus précisément le suivant : un tweet, comme tout support d’expression, peut avoir un contenu illicite. Il a déjà été jugé qu’un tweet pouvait être constitutif de dénigrement (il salit la réputation d’une entreprise, par exemple en s’attaquant injustement à la qualité de ses prestations ou produits), ce qui engage la responsabilité civile de l’auteur du message (il pourra être amené à verser des dommages et intérêts en réparation du préjudice causé)1. Il peut également constituer une infraction pénale (injure, diffamation, divulgation de sondages la veille ou le jour d’une élection présidentielle…). Mais qu’en est-il d’une reprise, d’un retweet du message illicite ? Expose-t-il aux mêmes sanctions que le tweet initial ? Cet article sera l’occasion de formuler davantage de questions que de véritables réponses, mais c’est une étape nécessaire à tout nouveau sujet de recherche.  [...]

  31. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | Hum'N Kaïros | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  32. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | Dangers du Web | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  33. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | Dangers et risques des médias sociaux | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  34. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | Education et TICE | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  35. droit internet | Pearltrees

    [...] Les conséquences juridiques du retweet [...]

  36. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | Perso: tous numérique... | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  37. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | Numérique-éducation-Geek | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  38. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | Protection des données individuelles et droit "numérique" | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  39. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | Ressources CDI sur Scoop it! | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  40. Les conséquences juridiques du retweet » Un peu de droit | Un peu de droit | S'informer pour évoluer | Scoop.it

    [...] Le retweet est devenu un geste banal, que beaucoup font presque sans y penser, dès qu’un message les fait sourire ou les interpelle. Et pourtant, est-il si banal sur le plan juridique ?  [...]

  41. Les conséquences juridiques du retweet | Emmanuel Netter | Propriété Intellectuelle et Numérique | Scoop.it

    [...] '…Le retweet est devenu un geste banal, que beaucoup font presque sans y penser, dès qu’un message les fait sourire ou les interpelle. Et pourtant, est-il si banal sur le plan juridique ? Le problème est plus précisément le suivant : un tweet, comme tout support d’expression, peut avoir un contenu illicite… Il a déjà été jugé qu’un tweet pouvait être constitutif de dénigrement…ce qui engage la responsabilité civile de l’auteur du message. Il peut également constituer une infraction pénale… Mais qu’en est-il d’une reprise, d’un retweet du message illicite ? Expose-t-il aux mêmes sanctions que le tweet initial ?…'  [...]

  42. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | MFEG | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  43. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | L'esprit d'entreprise | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  44. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | Communication territoriale, de crise ou 2.0 | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  45. Droit TI | Pearltrees

    [...] Les conséquences juridiques du retweet » Un peu de droit [...]

  46. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | Médiations numérique | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  47. La maturation de Twitter l'éloigne-t-il du grand public ? « MediasSociaux.fr MediasSociaux.fr

    [...] Contrairement aux marchés américains ou chinois, je constate de façon empirique que Twitter est une plateforme sociale majoritairement BtoB, dans la mesure où les métiers de la communication, du marketing ou du journalisme y sont encore largement surreprésentés. Cela ne veut pas dire que l’on n’y croise pas d’utilisateurs qui en font un usage personnel, mais que les conversations sont plutôt tournées vers des domaines professionnels. Particulièrement prisé par les hommes et femmes politiques, le gouvernement essaye tant bien que mal de réguler les échanges et de minimiser les dérapages (Can the French civilize Twitter? Should they try?). De même, une jurisprudence est petit à petit en train de se constituer pour donner un cadre juridique un peu plus formel aux tweets et surtout aux retweets qui posent visiblement problème : Les conséquences juridiques du retweet. [...]

  48. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | CW - Social media management | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  49. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | Entreprise | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  50. Geek | Pearltrees

    [...] Les conséquences juridiques du retweet [...]

  51. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | E-Réputation & Personal Branding | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  52. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | REPUTATION SUR INTERNET | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?Le retweet est devenu un geste banal, que beaucoup font presque sans y penser, dès qu’un message les fait sourire ou les interpelle. Et pourtant, est-il si banal sur le plan juridique ? Le problème est plus précisément le suivant : un tweet, comme tout support d’expression, peut avoir un contenu illicite. Il a déjà été jugé qu’un tweet pouvait être constitutif de dénigrement (il salit la réputation d’une entreprise, par exemple en s’attaquant injustement à la qualité de ses prestations ou produits), ce qui engage la responsabilité civile de l’auteur du message (il pourra être amené à verser des dommages et intérêts en réparation du préjudice causé)1. Il peut également constituer une infraction pénale (injure, diffamation, divulgation de sondages la veille ou le jour d’une élection présidentielle…). Mais qu’en est-il d’une reprise, d’un retweet du message illicite ? Expose-t-il aux mêmes sanctions que le tweet initial ? Cet article sera l’occasion de formuler davantage de questions que de véritables réponses, mais c’est une étape nécessaire à tout nouveau sujet de recherche.  [...]

  53. Tweets antisémites : la juge a attrapé l'oiseau | Un peu de droit

    [...] Il y a quelques semaines, nous vous proposions une série d’articles sur le droit à l’heure d’Internet, dans lesquels nous avons essayé bien laborieusement de vous démontrer que ça pouvait être fun de surfer en respectant la loi, à condition de ne pas re-tweeter n’importe quoi. [...]

  54. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | INFORMATIQUE 2013 | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  55. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | Relation client et Médias Sociaux | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  56. Droit | Pearltrees

    [...] Les conséquences juridiques du "retweet" [...]

  57. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | veilleréseaudoc | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  58. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | CRDP Amiens - Réseaux sociaux et documentation | Scoop.it

    [...] Antoine est « abonné » à un certain nombre de personnalités présentes sur Twitter, c'est-à-dire qu'il a choisi de recevoir leurs messages : ainsi est-il informé en temps réel du prochain album ou des embarras gastriques de Justin Bieber, …  [...]

  59. Twitter | Pearltrees

    [...] Les conséquences juridiques du retweet [...]

  60. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | Actualités des Réseaux Sociaux | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  61. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | mutimedia culture et lien social | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  62. Les conséquences juridiques du retweet | Un peu de droit | Réseaux Sociaux France | Scoop.it

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  63. Droits d'auteurs & Licences | Pearltrees

    [...] Les conséquences juridiques du retweet [...]

  64. Reseaux sociaux - i numerique | Pearltrees

    [...] Les conséquences juridiques du retweet [...]

  65. Web 2.0 | Pearltrees

    [...] Les conséquences juridiques du retweet [...]

  66. Les conséquences juridiques du retweet |...

    [...] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  [...]

  67. Droits | Pearltrees

    [...] Les conséquences juridiques du retweet [...]

  68. WEB | Pearltrees

    [...] Les conséquences juridiques du retweet [...]

  69. Coeurdray (sandie.coeurdray) | Pearltrees

    [...] Les conséquences juridiques du "retweet" [...]

  70. Twitter 101 | Pearltrees

    […] Les conséquences juridiques du retweet […]

  71. Les conséquences juridiques du retweet |...

    […] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?Le retweet est devenu un geste banal, que beaucoup font presque sans y penser, dès qu’un message les fait sourire ou les interpelle. Et pourtant, est-il si banal sur le plan juridique ? Le problème est plus précisément le suivant : un tweet, comme tout support d’expression, peut avoir un contenu illicite. Il a déjà été jugé qu’un tweet pouvait être constitutif de dénigrement (il salit la réputation d’une entreprise, par exemple en s’attaquant injustement à la qualité de ses prestations ou produits), ce qui engage la responsabilité civile de l’auteur du message (il pourra être amené à verser des dommages et intérêts en réparation du préjudice causé)1. Il peut également constituer une infraction pénale (injure, diffamation, divulgation de sondages la veille ou le jour d’une élection présidentielle…). Mais qu’en est-il d’une reprise, d’un retweet du message illicite ? Expose-t-il aux mêmes sanctions que le tweet initial ? Cet article sera l’occasion de formuler davantage de questions que de véritables réponses, mais c’est une étape nécessaire à tout nouveau sujet de recherche.  […]

  72. Droits et réseaux sociaux | Pearltrees

    […] Les conséquences juridiques du retweet […]

  73. Les conséquences juridiques du retweet |...

    […] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ? (RT @lucdebarochez: Quels sont les risques juridiques d'un retweet ?  […]

  74. Les conséquences juridiques du retweet |...

    […] Retweeter un message, est-ce le reprendre à son compte ? Si ce message est-ce illicite, est-ce tomber aussi dans l'illicéité ?  […]

  75. Un tweet peut-il engager juridiquement un Etat en droit international ? Brèves élucubrations. | Un peu de droit

    […] de questionnements juridiques abordés de manière régulière dans la sphère interne. Ainsi, comme le souligne justement Emmanuel Netter, certaines pratiques récurrentes de Facebook et de Twitter, le « retweet » par exemple, […]

  76. Twitter | Pearltrees

    […] Les conséquences juridiques du retweet » Un peu de droit […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>