Permis de conduire et CPF : les nouvelles règles d’éligibilité en détail

Dans le paysage de la formation professionnelle, le Compte Personnel de Formation (CPF) constitue une ressource clé pour les actifs désireux de renforcer leurs compétences ou d’acquérir de nouveaux savoir-faire. Parmi les formations éligibles à ce dispositif, la préparation aux épreuves du permis de conduire occupe une place stratégique, tant elle ouvre des portes sur le marché du travail. Récemment, un nouveau décret est venu préciser les conditions et modalités d’inscription de ces formations au CPF. Décryptage.

Un décret pour structurer l’accès au permis via le CPF

Le décret n° 2024-444 du 17 mai 2024 vient clarifier le cadre légal qui régit l’éligibilité au CPF pour la préparation des épreuves théoriques et pratiques des différents permis de conduire. Ce texte réglementaire définit avec précision les conditions sous lesquelles cette formation peut être financée par les droits accumulés sur le compte personnel de formation des individus en activité professionnelle.

Les catégories de permis concernées

Toutes les catégories de permis relatifs à la conduite d’un véhicule terrestre à moteur sont impactées par ce décret. Ainsi, qu’il s’agisse du permis moto ou du permis poids lourd, chaque demande doit désormais répondre à un ensemble de critères prédéfinis pour bénéficier du soutien financier via le CPF.

Conditions d’éligibilité strictes

Pour que la préparation au permis soit couverte par le CPF, plusieurs conditions doivent être remplies. Entre autres, il est impératif que l’obtention du permis poursuive un objectif professionnel explicite, comme faciliter l’accès à l’emploi ou sécuriser un parcours professionnel déjà engagé.

A lire également  Réforme des régimes de retraite pour les artistes-auteurs : quels changements pour le RAAP, RACD et RACL ?

Suivi personnalisé et veille constante

L’inscription à ces formations nécessite une vigilance constante aussi bien des organismes que des bénéficiaires. Les premiers doivent s’assurer d’être en conformité avec les dispositions du décret pour proposer des formations éligibles, tandis que les seconds doivent veiller à choisir des offres répondant parfaitement aux critères établis.