La santé numérique française face au défi de la mise à jour des normes de sécurité

Les enjeux de la protection des données de santé sont au cœur des préoccupations actuelles, poussant les autorités françaises à ajuster régulièrement leur cadre législatif. Une récente évolution normative impose aux systèmes d’information en santé une mise en conformité avec des référentiels de sécurité renforcés.

Un nouveau référentiel pour une meilleure protection des données

Dans un contexte où la cybercriminalité ne cesse d’évoluer, la législation française s’adapte pour offrir un cadre sécuritaire plus robuste aux données sensibles du secteur de la santé. Un arrêté récent vient ainsi redéfinir les contours de la sécurisation des systèmes d’information, instaurant un délai de deux ans pour permettre aux acteurs concernés d’actualiser leurs pratiques et infrastructures conformément aux nouvelles directives.

Continuité et transition : le double enjeu des systèmes existants

Tout en préparant cette transition vers le nouveau référentiel, les structures de santé doivent maintenir leur alignement avec les exigences précédentes. Ce double impératif assure une continuité dans la protection des données patients tout au long du processus d’actualisation, préservant ainsi leur intégrité et leur confidentialité.

Un accompagnement nécessaire pour une mise en œuvre efficace

L’adoption de telles mesures nécessite un accompagnement adéquat des structures sanitaires. Des mécanismes d’aide et de soutien sont attendus pour faciliter cette transition critique vers un environnement numérique plus sûr dans le domaine médical.

A lire également  La BCE harmonise la rémunération des dépôts : Nouveau cadre pour les administrations publiques de la zone euro