Consolidation de l’intégrité européenne : un appel à la protection accrue des lanceurs d’alerte

Face aux défis éthiques et aux enjeux de transparence, l’Europe se mobilise. Trente-trois autorités du continent ont pris une initiative décisive pour renforcer la sécurité juridique et sociale des lanceurs d’alerte, ces vigies de la démocratie moderne.

Une réunion stratégique pour l’éthique européenne

Récemment, le Défenseur des droits français, accompagné de trente-deux homologues européens, a marqué un tournant lors de la neuvième Assemblée du réseau NEIWA, dédiée à la protection des lanceurs d’alerte et engagée dans la lutte contre la corruption qui sape les fondements mêmes de nos institutions.

L’Assemblée NEIWA : un front uni pour les lanceurs d’alerte

Durant cette assemblée, ces autorités ont réaffirmé leur volonté commune de bâtir un environnement plus sûr pour ceux qui osent parler. Une déclaration conjointe, baptisée ‘Déclaration de Valence’, est venue concrétiser cette ambition partagée.

Les engagements pris

La Déclaration insiste sur l’importance cruciale de protéger les lanceurs d’alerte. Elle condamne toute restriction à l’efficacité ou à l’autonomie des entités chargées de veiller au respect de l’intégrité et appelle à une coopération étroite entre tous les acteurs impliqués.

Des mesures concrètes en discussion

Au-delà des principes, des groupes de travail se sont penchés sur des propositions tangibles telles que le soutien financier ou psychologique aux lanceurs d’alerte. Ces mesures visent à pallier le manque criant de moyens souvent déploré par les instances nationales et européennes en charge de cette mission.

A lire également  Vers une justice équilibrée : les enjeux de la répartition des mineurs non accompagnés en 2024