Vers une justice civile plus humaine : l’essor de la résolution amiable

La crise de la justice civile est souvent évoquée, caractérisée par une surcharge de travail, une dématérialisation croissante et un manque criant d’humanité dans les procédures. Pourtant, une lueur d’espoir se profile à l’horizon : la résolution des litiges à l’amiable. Cette alternative pourrait-elle être la clé d’une justice plus attentive et plus proche des justiciables ?

Une justice civile en quête de sens

Dans le palais de justice, le contraste est saisissant entre les affaires pénales, souvent médiatisées et spectaculaires, et les affaires civiles qui souffrent d’une certaine invisibilité. La dématérialisation des procédures et l’impératif de représentation par avocat ont certes permis des gains en efficacité mais ont aussi contribué à distancier les justiciables du processus judiciaire réel.

Les rapports alarmants sur la justice civile

De multiples enquêtes mettent en lumière la situation préoccupante de la justice civile. Un rapport de 2021 soulève déjà un manque d’attractivité pour les magistrats civilistes. Pire encore, le rapport des États généraux de la justice décrit un système en délabrement après des années de gestion déficiente. Ces constats appellent à une réforme urgente et profonde.

La médiation comme vecteur d’humanisation

Loin de se cantonner à une simple gestion des affaires, la justice doit retrouver son rôle central dans la régulation sociale. Le recours aux modes alternatifs de règlement des conflits, tels que la médiation ou l’audience de règlement amiable (ARA), semble prometteur. Ces dispositifs permettent non seulement d’alléger le fardeau judiciaire mais aussi de redonner au juge son rôle conciliateur.

A lire également  Fin de vie : les nouvelles orientations législatives à l'horizon

Le renforcement du lien entre juges et avocats

L’amiable offre également un espace privilégié pour renforcer le dialogue entre juges et avocats. Les formations conjointes sur les techniques et pratiques amiables s’avèrent bénéfiques pour tous les acteurs judiciaires.

Vers une généralisation de l’amiable ?

Avec un taux actuel d’utilisation encore faible en France, il serait pertinent de promouvoir davantage l’amiable au sein du système judiciaire français. Des audiences spécifiques pourraient être organisées afin d’orienter les parties vers ce type de règlement.

L’émergence d’une association pour la justice civile

L’Association des magistrats français pour la justice civile symbolise cette volonté de changement. Elle cherche à valoriser le rôle du juge civiliste et propose des réformes essentielles à l’évolution du secteur.