Innovations et propriété intellectuelle : le classement des déposants de brevets en 2023

L’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI) a récemment levé le voile sur l’édition 2023 du palmarès des déposants de brevets, marquant ainsi un tournant décisif dans la manière d’appréhender l’innovation en France. Ce classement, désormais établi selon les dépôts de brevets effectifs plutôt que leur publication, se présente comme une photographie actualisée et fidèle du dynamisme entrepreneurial français.

Un baromètre de l’innovation française

L’établissement d’un tel palmarès par l’INPI constitue un indicateur clé pour saisir les tendances et mesurer l’intensité de l’activité innovante parmi les acteurs économiques français. La nouvelle méthodologie adoptée par l’institut permet une analyse plus contemporaine des efforts en matière de recherche et développement déployés par les entreprises.

Les leaders de la propriété industrielle en France

Dans ce contexte révélateur, Stellantis, Safran, et Valeo s’imposent comme les figures de proue de cette année. Leur positionnement stratégique en tête du classement témoigne de leur investissement soutenu dans la protection de leurs innovations. Une démarche qui souligne également le rôle essentiel que joue la propriété intellectuelle dans la compétitivité des entreprises sur le marché global.

Une augmentation significative des demandes de brevets

L’année 2023 a connu une hausse remarquable, avec plus de 5% d’augmentation des dépôts en comparaison avec les années précédentes. Ce phénomène reflète non seulement une volonté accrue des entreprises à sécuriser leurs créations mais aussi une reprise économique post-crise où l’innovation apparaît comme un levier essentiel.

A lire également  Licenciements économiques : L'exigence de reclassement personnalisé malgré un PSE validé

Une méthodologie renouvelée pour plus de précision

L’INPI a pris le parti d’une évolution significative dans son approche statistique, privilégiant désormais le nombre de dépôts effectifs sur une année civile plutôt que les publications traditionnellement relevées après un délai standardisé. Cette approche affûte la pertinence des données recueillies et renforce leur utilité pour tous les professionnels concernés.