Bilan de compétences et travailleurs en situation de congé d’accompagnement d’une personne en fin de vie : cadre juridique et accompagnement

Le bilan de compétences est un outil précieux pour les travailleurs souhaitant évoluer dans leur carrière ou se reconvertir professionnellement. Mais qu’en est-il pour ceux qui sont en situation de congé d’accompagnement d’une personne en fin de vie ? Comment peuvent-ils bénéficier du bilan de compétences dans ce contexte particulier ? Dans cet article, nous abordons le cadre juridique entourant cette question ainsi que l’accompagnement proposé aux travailleurs concernés.

Le congé d’accompagnement d’une personne en fin de vie

Le congé d’accompagnement est un dispositif permettant aux travailleurs de bénéficier d’un temps partiel ou d’un arrêt total de travail pour prendre soin d’un proche en phase avancée ou en fin de vie. Ce congé peut être pris par les salariés du secteur privé, les fonctionnaires et les contractuels des trois fonctions publiques (État, territoriale et hospitalière).

Pour pouvoir bénéficier du congé d’accompagnement, une demande doit être adressée à l’employeur au moins deux mois avant la date prévue pour le début du congé. La durée maximale du congé est de trois mois, renouvelable une fois, soit six mois au total. Durant cette période, le contrat de travail est suspendu mais la protection sociale (santé et prévoyance) est maintenue.

Le bilan de compétences dans le cadre du congé d’accompagnement

Il est tout à fait possible pour un travailleur en situation de congé d’accompagnement de réaliser un bilan de compétences. Celui-ci permettra de faire le point sur ses compétences, aptitudes et motivations professionnelles, et d’envisager une évolution ou une reconversion professionnelle à l’issue de cette période difficile.

A lire également  La clause d'exclusivité: un outil précieux et complexe pour sécuriser vos contrats

Pour ce faire, la demande de bilan de compétences doit être effectuée auprès du centre de bilan agréé par l’organisme financeur (OPCO, Pôle emploi, etc.). Le financement du bilan peut être assuré par divers dispositifs tels que le Compte Personnel de Formation (CPF), le Plan de développement des compétences ou encore l’Aide Individuelle à la Formation (AIF).

L’accompagnement durant le bilan de compétences

Tout au long du processus du bilan de compétences, le travailleur en situation de congé d’accompagnement bénéficie d’un accompagnement personnalisé. Cet accompagnement consiste en des entretiens individuels avec un conseiller en bilan, qui aide la personne à analyser ses compétences et à définir un projet professionnel adapté à ses aspirations et contraintes, notamment celles liées au congé d’accompagnement.

Cet accompagnement peut également inclure des tests et questionnaires permettant d’évaluer les compétences techniques, relationnelles et comportementales de la personne, ainsi que des sessions de formation pour développer de nouvelles compétences ou en approfondir certaines. Enfin, le conseiller en bilan peut également apporter un soutien dans la recherche d’emploi ou la création d’entreprise, selon le projet professionnel défini.

La prise en compte des compétences acquises durant le congé d’accompagnement

Il est important de souligner que les compétences acquises durant le congé d’accompagnement peuvent être valorisées dans le cadre du bilan de compétences. En effet, cette période peut permettre de développer des compétences relationnelles, organisationnelles ou encore humaines, qui peuvent être utiles dans un contexte professionnel.

Le conseiller en bilan sera à même d’aider la personne à identifier ces compétences et à les valoriser dans son projet professionnel, qu’il s’agisse d’une évolution au sein de son entreprise actuelle ou d’une reconversion vers un nouveau métier.

A lire également  Changer l'objet social de la société : démarches et conséquences juridiques

En résumé, le bilan de compétences est un outil précieux pour les travailleurs en situation de congé d’accompagnement d’une personne en fin de vie. Il leur permet de faire le point sur leurs compétences et aspirations professionnelles, et d’envisager une évolution ou une reconversion adaptée à leur situation. Le cadre juridique entourant cette démarche ainsi que l’accompagnement proposé garantissent un dispositif adapté aux besoins spécifiques des personnes concernées.