La fraude, un frein à la prescription biennale dans les litiges de baux commerciaux

Lorsque l’on aborde le domaine des baux commerciaux, la question de la prescription des actions judiciaires est cruciale. En effet, la loi instaure un délai au-delà duquel il n’est plus possible d’intenter une action en justice. Mais qu’en est-il lorsque la fraude entre en jeu ? Un récent arrêt rendu par la jurisprudence vient apporter un éclairage sur cette problématique.

Comprendre la prescription biennale

La prescription biennale fait référence au délai de deux ans pendant lequel les parties impliquées dans un bail commercial peuvent contester certains aspects de ce contrat devant les tribunaux. Passé ce délai, elles perdent le droit d’agir en justice pour faire valoir leurs droits ou contester ceux de l’autre partie.

L’impact de la fraude sur la prescription

Cependant, une exception majeure vient perturber ce mécanisme : la fraude. Lorsqu’un acte frauduleux est commis par l’une des parties, celui-ci a pour effet de suspendre le délai de prescription. Cela signifie que tant que la fraude n’est pas découverte et prouvée, le délai ne court pas, permettant ainsi à la partie lésée d’entreprendre des actions judiciaires même après l’expiration du délai initial de deux ans.

Récents développements jurisprudentiels

Un récent jugement a confirmé cette interprétation en statuant qu’une action en requalification d’un bail dérogatoire en bail commercial pouvait être engagée après le délai habituel si une fraude était établie. Cette décision souligne l’importance pour les locataires et propriétaires de se montrer vigilants et intègres dans leurs relations contractuelles.

A lire également  Décryptage de la prescription décennale : quand et comment agir ?

Implications pratiques pour locataires et propriétaires

Cette jurisprudence a des implications pratiques importantes tant pour les locataires que pour les propriétaires. Les locataires doivent être conscients qu’ils peuvent contester leur bail même après deux ans si une fraude peut être prouvée. D’autre part, les propriétaires doivent veiller à respecter scrupuleusement les termes du contrat de bail et agir avec transparence afin d’éviter toute accusation de fraude susceptible d’annuler le bénéfice de la prescription.