«

»

Sep 25

Y’en a marre d’excuser la délinquance

5 Flares Facebook 0 Twitter 5 Google+ 0 Pin It Share 0 Email -- Filament.io 5 Flares ×

Ah, elle a fait du beau boulot, Christiane Taubira ! Son projet de réforme pénale n’est pas encore passé que la culture de l’excuse est déjà de retour en France. Plus de tolérance zéro comme au bon vieux temps du gouvernement précédent. Les roms s’installent chez vous ? Il faut les excuser, ils n’ont nulle part ailleurs où aller. Les jeunes de banlieue insultent la police ? Il faut les excuser, ils n’ont pas de travail. Les pervers violent des filles ? Il faut les excuser, on les a aguiché. Les bijoutiers tirent dans le dos des gens ? Il faut les excuser, c’est pas facile de se faire braquer tous les jours…

Eh oui, la culture de l’excuse va jusque là aujourd’hui : on excuse les assassins. Un gars se fait braquer, il ne trouve rien de mieux à faire que de tirer dans le dos de ses agresseurs. Une vie humaine contre des bibelots qui brillent, et on lui cherche des excuses ! 1,6 millions de gens qui lui cherchent des excuses sur facebook ! Genre, le gars il a la vie dure, il s’est fait braquer, c’est pas facile d’être bijoutier, on se fait harceler sans arrêt, ouin ouin. Il a sûrement une assurance qui va le rembourser, non ? Alors que personne ne va rendre à sa famille le braqueur décédé.

Et je vous parie qu’ils vont l’acquitter, le bijoutier, ou alors il va se retrouver dehors en moins de deux grâce à une foutue remise de peine. Mieux encore, son avocat va trouver un artifice pour faire sauter la procédure. Franchement, à quoi ça sert que les policiers se soient démenés à l’arrêter si c’est pour que les juges le remettent tout de suite en liberté ? Où est l’exemplarité de la peine ? Voilà où nous mène la politique pénale de la gauche. Vous pouvez être fière de vous Madame Taubira ! Un pays où 1,6 million de gens excusent un meurtrier est un pays qui va mal. Inversion des valeurs, perte de sens, laxisme, chienlit : bravo la gauche ! Moi je dis, les assassins derrière les barreaux, il n’y a que ça de vrai ! Allez dédé, ressers m’en un !

Étranger, tu entreras ici les bottes au pied et tu en ressortiras les pieds devant

Bref, redevenons sérieux deux minutes. Vous l’aurez compris, plus que le geste du bijoutier de Nice, ce sont ses défenseurs inconditionnels qui m’exaspèrent. A mon sens, ils font preuve du même travers qu’ils ne manquent certainement pas de reprocher à ceux qui « excusent » un jeune de banlieue qui brûle une voiture. Ils minimisent un fait dramatique – il y a tout de même eu mort d’homme – en le noyant dans un contexte qui autoriserait ce geste : le braquage, le harcèlement permanent que vivent les bijoutiers, l’exaspération des commerçants. Quelle est au fond la différence avec quelqu’un qui va expliquer les émeutes de Trappes par un contexte tendu, des rapports houleux avec la police, une absence de perspectives ?

Oh, je sais ce que vous allez me dire, c’est pas pareil. Dans le cas des jeunes de banlieue, ce sont des voyous et il faut les punir. Dans le cas du bijoutier, c’est un honnête citoyen qui s’est fait attaquer par des voyous, probablement venus d’une banlieue d’ailleurs. Voilà qui change tout.

bijoutier-01

Illustration : Guillaume Beck.

Il faudrait donc comprendre que certaines personnes, celles qui sont du bon côté de la barrière, peuvent s’autoriser un comportement qu’on réprouve chez d’autres. Un policier peut apostropher violemment un jeune qui refuse de se faire contrôler, ce n’est pas grave, le policier représente la loi, et le jeune a forcément fait quelque chose, il n’y a pas de fumée sans feu. Mais haro sur le jeune qui aurait l’idée saugrenue de répondre sur le même ton !

Il en va de même pour le bijoutier : un honnête commerçant peut répondre à une agression par les moyens qu’il juge appropriés, et peu importe s’il va jusqu’à tuer. C’est autorisé puisqu’il est honnête. Depuis quand les honnêtes gens suivent-ils les mêmes règles que les voyous ? On ne va quand même pas donner aux voyous les mêmes droits qu’aux braves gens !

De l’insoutenable légèreté de la justice facebook

Ce que certains ont tendance à oublier, c’est que notre société ne fonctionne pas comme ça. Et c’est heureux. Nous sommes dans ce qui s’appelle un État de droit. Ce qui veut dire que chacun est soumis à la loi, y compris les braves gens et les dépositaires de l’autorité. Chacun a les mêmes droits et les mêmes devoirs. La loi ne distingue pas selon les honnêtes gens et les délinquants, elle distingue selon les faits. Un type tout à fait propre sur lui peut très bien devenir un délinquant aux yeux de la loi s’il commet un acte répréhensible.

Ne croyez pas que ça n’arrive qu’aux autres. Nous pouvons tous un jour nous retrouver comptables de nos actes. Il y a tous les jours des gens honnêtes qui grillent des feux rouges, qui poussent un peu trop sur le champignon, qui prennent le volant en ayant bu un ou deux verres de trop et qui sont certainement exaspérés lorsqu’ils se font arrêter par les gendarmes. Ces gens sont-ils plus légitimes à se plaindre d’un contrôle policier qu’une femme voilée ou un jeune de banlieue, uniquement parce qu’ils sont habillés en costume-cravate et qu’ils travaillent dans un bureau ? Faut-il rappeler le nombre de morts sur nos routes pour se souvenir qu’il ne s’agit pas d’un comportement anodin ?

Il faut le dire et le redire, ce n’est pas à l’opinion publique, ni à moi, ni à vous, et encore moins à un groupe facebook, de décider qui doit être puni simplement parce qu’on a rangé la personne dans une case « bon » ou « méchant ». La justice ne se rend pas en cinq minutes derrière son écran ou devant sa télé. Nous n’avons pas accès au dossier, nous ne connaissons des faits que ce que les médias en ont raconté.

Surtout, on ne se rend pas justice soi-même. La civilisation a progressé le jour où elle a remplacé la vengeance privée par une justice publique. Rendre la justice est un travail extrêmement complexe qui doit se faire aussi objectivement que possible, dans un cadre strict. Selon la loi. Pas selon l’instinct d’un homme agressé, légitimement en colère, mais qui réagit dans l’instant et n’a aucun recul sur la situation. C’est aux juges et aux jurés qui seront désignés qu’il appartiendra d’examiner les faits, le contexte, la personnalité de l’accusé, et de prendre la décision qu’ils jugeront appropriée, en leur âme et conscience, conformément à la loi. Gageons qu’il sauront prendre tout le recul nécessaire.

Ou alors, ils diront à l’intention du braqueur décédé « c’est bien fait pour ta gueule, tu n’es qu’un petit salaud, on portera pas le deuil, c’est bien fait pour ta peau ! ». Les braves gens n’ont pas changé depuis Renaud et Brassens…

 

5 Flares Facebook 0 Twitter 5 Google+ 0 Pin It Share 0 Email -- Filament.io 5 Flares ×

(12 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. tomtomp

    Le problème ici, c’est que le bijoutier ne réagit pas dans l’instant (ce qui à l’air exclure la légitime défense des biens) avec une arme non déclarée. En bref, on a deux délinquants qui viennent braquer un autre type de délinquant qui deviendra meurtrier en abattant l’un des premiers…. Le jugement de première instance (et surement celui d’appel) sera des plus intéressants quant à l’argumentaire du parquet, de la défense et le raisonnement des juges !

  2. Simon

    Et il en va de la justice comme de la politique : on ne juge pas à l’emporte-pièce, de loin et sans recul. Qu’est-ce que l’introduction vient faire dans cet article ? Quel est le rapport entre la politique de gauche et le fait que des crétins soutiennent le bijoutier et le principe de la peine de mort ? Sérieusement, quel est le rapport ?
    Je suis déçu, j’aimais bien ce site parce que justement, il prenait du recul et analysait les choses, pour vulgariser le droit. Là, on explique vaguement quelque chose (avec deux semaines de retard et pour redire des choses qu’on a lues et relues partout, parce que les gens qui savent écrire sont plus majoritairement du côté de l’État de droit que du côté du bijoutier) et on expose un avis politique sans fondement et sans lien avec le fond du billet.
    Et le pire, c’est que je suis même pas de gauche, je m’énerve pas en tant que partisan, je trouve juste cette entrée en matière complètement déplacée et bêtement partisane (ou partisane bêtement).

  3. Beck Gilles

    Mais c’est qu’ils sont bien les commentaires sous cet article !

    Pour tomtomp: le problème c’est pas qu’il n’y ai pas de légitime défense (on sent les personnes qui sont aller lire l’article d’éolas), non le problème c’est qu’il y’a eu un mort. Même s’il y’avait eu légitime défense, ça reste horrible de se réjouir de ça et de poster des likes sur la mort d’une personne.

    Et pour Simon, je crois qu’il va falloir commencer à allumer son cerveau et faire la part des choses entre les auteurs présents sur ce site. Tous n’ont pas le même style d’écriture, les même convictions etc… Si les articles d’Antoine Matter ne vous plaisent pas, libre à vous, mais ça veut pas dire que les autres auteurs ne pourront pas vous plaire. Et le paragraphe sur la gauche c’est de l’ironie, il n’y a pas de critique du gouvernement et de sa politique dans cet article (je dirais même plutôt que c’est le contraire), le premier paragraphe est un exercice de style qui consiste à reprendre le discours de ceux qui critiquent le gouvernement pour son « angélisme » et le retourner contre le bijoutier et pas le braqueur. Et ça colle tout à fait avec la suite de l’article puisque le but est bien de démontrer que ce genre de discours n’est que du vent puisqu’on peut le retourner à loisir, et que le droit ce n’est justement pas ça.

    Après que l’article de M. Matter ne rajoute pas grand chose à ce qui a déjà été dis, libre à vous de le penser, mais je suppose qu’il a aussi parfois envie de se défouler en balançant des billets avec son style particulier, et pour ceux qui l’apprécie, ça fait toujours plaisir.

    1. Antoine Matter

      Je n’aurais pas mieux dit. Les premiers paragraphes sont évidemment ironiques et ne reflètent pas ma pensée.
      Ça s’appelle une démonstration par l’absurde, on apprend le concept au lycée, du moins si les programmes n’ont pas changé depuis l’époque où j’y étais. Je regrette que ce ne soit pas plus clair, mais la présence de la phrase « redevenons sérieux deux minutes » est censé marquer le coup…
      Enfin, j’ai parfaitement conscience que pour beaucoup de gens, j’enfonce des portes ouvertes en rappelant qu’on ne juge pas quelqu’un en cinq minutes, mais à voir certaines réactions à ce drame, ce n’est pas évident pour tout le monde, et ça va mieux en le disant. C’est le seul but de cet article.

      1. Simon

        La fatigue n’excuse rien, mais je vais malgré tout m’en servir comme excuse minable. J’ai pas dû allumer mon cerveau et j’ai vu dans la formulation des deux dernières phrases beaucoup moins d’ironie que dans les autres. Toutes mes excuses à l’auteur pour mon déversement de bile injustifié.

  4. Apokrif

    Vous oubliez l’essentiel: le bijoutier, contrairement aux gens que vous citez dans le premier paragraphe, … venait probablement d’être maltraité et de craindre pour sa vie. De plus, il est fort possible que son état psychologique ait été soumis à rude épreuve.

    « défenseurs inconditionnels »

    Qu’entendez-vous par là ?

    « Quelle est au fond la différence avec quelqu’un qui va expliquer les émeutes de Trappes par un contexte tendu, des rapports houleux avec la police, une absence de perspectives ? »

    Quel rapport avec les émeutes de Trappes ? Avez-vous des raisons de penser que ces émeutiers avaient été menacés de mort ou maltraités, ou qu’ils tentaient d’arrêter la fuite d’un danger public multirécidiviste ?

    1. Antoine Matter

      Vous parlez de l’essentiel. L’essentiel, ce sont les principes qui régissent notre société, pas les circonstances ponctuelles d’un fait divers.
      Ce que j’essaie de dire, c’est qu’il y a une différence entre le geste du bijoutier, qui est une réaction à chaud qu’on peut trouver compréhensible (je ne sais pas, je n’y étais pas), et le fait de justifier la mort des braqueurs froidement derrière son écran alors qu’on ne sait rien de ce qu’il s’est réellement passé. La réaction du bijoutier ne peut pas être comparée au fait de rendre la justice. On ne peut pas appeler à ce que ce genre de réactions soit la norme. On peut comprendre qu’une victime souhaite la mort de son agresseur, ça ne veut pas dire que la justice doit faire sienne cette douleur et faire droit à sa demande de vengeance. Elle doit se placer sur un autre plan. Pourquoi rajouter de la violence à la violence ? Cela apaise-t-il la victime ? Non, cela n’a jamais rien apporté. En l’occurrence, le geste du bijoutier n’a fait que rajouter un drame au drame. Et d’ailleurs, si on approuve la loi du talion, qu’est-ce qui empêche alors la famille du braqueur de se venger à son tour en assassinant le bijoutier ?
      Enfin, pour les émeutes de Trappes, je n’ai pas dit que c’était la même chose, j’ai simplement utilisé cet exemple pour montrer que les gens sont capables, lorsque cela va dans leur sens, d’utiliser un raisonnement qu’ils critiqueraient dans d’autres circonstances. La paille, la poutre, c’est vieux comme le monde, ne faites pas semblant de ne pas comprendre…

  5. Apokrif

    @tomtomp: le braquage, donc vol à main armée, n’est pas un délit mais un crime.

    @Beck Gilles: « Même s’il y’avait eu légitime défense, ça reste horrible de se réjouir de ça et de poster des likes sur la mort d’une personne. »

    Etes-vous certain que des likes portent sur la mort du braqueur plutôt que sur la réaction de sa victime ?

    1. Antoine Matter

      Il y a des dizaines de commentaires sur la page de soutien facebook qui se réjouissent ouvertement de la mort du braqueur, il suffit de s’y balader cinq minutes pour lire des trucs du genre « ça en fait toujours un de moins », « il l’a cherché », « il a bien fait »…

  6. keny

    bonsoir,

    pour une première visite sur ce site (après avoir parcouru les billets sympathiques sur les chargés de TD et les différents types d’étudiants).. la lecture de votre article m’a laissé la même (première) impression que pour Simon. J’avoue que ne pas connaître le style d’un auteur ni la « ligne éditoriale » de votre site ne m’aidait pas beaucoup à voir de l’ironie dans tous vos propos… et oui Beck Gilles mon cerveau est bien allumé malgré cette heure tardive. Merci donc à l’auteur de répondre aux différents commentaires, je trouve que c’est un réel plus dans la lecture de ce genre de site et ca encourage l’échange via les commentaires…
    Pour enfoncer le clou du « j’avais pas capté l’ironie » je rajouterai que le titre racoleur « etranger, tu entreras .. » n’aidait pas ..

    bien a vous
    keny

  7. Minina

    Votre article serait parfait si vous aviez évité de faire mention de l’installation des Roms car je pense que oui, il faut les excuser, dans la mesure où aucune politique d’aide à l’intégration n’existe pour cette population en France (contrairement à l’Allemagne ou l’Espagne où les Roms sont bien plus nombreux et bénéficient de cette politique avec des résultats remarquables en terme de sédentarisation, d’insertion professionnelle, de scolarisation, d’alphabétisation, etc…).
    Par ailleurs, faire le lien entre le projet de réforme de Taubira et le retour de ce que vous appelez la culture de l’excuse me parait tout a fait hasardeux et injustifié, sauf si vous reprenez une opinion populaire et fausse en ce qui concerne la manière de considérer le dit projet de réforme.
    Pour le reste bravo…

    1. Antoine Matter

      Je ne peux que renvoyer aux commentaires précédents. La première partie du texte ne reflète pas ma pensée et est traitée sur un mode ironique. Le but étant de démonter les raisonnements dont sont friands certains politiciens que je ne nommerai pas et qui hurlent au laxisme dès qu’on ose dire que la prison n’est pas la seule solution à la délinquance…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>